C’est bien connu, se tenir au courant des actualités n’aide pas toujours à la construction de son petit bonheur personnel. Tout le monde se méfie des médias, mais personne ne semble pouvoir s’en passer. Les néo-panthéistes sont l’exception.

 

La méfiance vis-à-vis des médias

La première moitié du XXIe siècle a vu la multiplication des théories du complot visant les géants de l’information. La plus fameuse étant celle-ci : les médias participeraient à un immense complot consumériste en nous présentant invariablement le monde sous un jour sombre, triste et misérable. Le but de l’opération : nous persuader que la vie est courte, que l’humanité ne vaut pas un clou et qu’il faut en profiter, donc consommer. Si jamais on ne consomme pas assez, les médias nous rabattent les oreilles sur « la crise », et on se dit qu’il faut acheter toujours plus pour faire fonctionner l’économie. Et, afin de décourager les initiatives, les JT évoquent occasionnellement quelques bonnes nouvelles : ceci afin de nous rappeler que d’autres se chargent d’améliorer le monde à notre place.

Certaines personnes croient si fort en cette théorie qu’elles n’achètent plus de nourriture, se laissent mourir de faim et cessent d’emmerder le monde avec ces conneries.

 

La résistance néo-panthéiste

Pyramide des besoins, Maslow

Pyramide des besoins de Maslow. Vous voyez une référence aux JT du 20h, vous ?

Les néo-panthéistes ne sont pas seulement connus pour danser en rond les fesses à l’air autour d’un grand feu une vingtaine de fois par an, mais aussi pour leur indifférence assumée vis-à-vis des médias.

Ils rappellent que, sur la pyramide des besoins conceptualisée par Maslow, ne se trouve nulle part la nécessité de s’informer sur ce qui se passe dans le monde. Cette position leur a valu bien des moqueries. Leur semi-autarcie est souvent associée à un déni du progrès et à l’accueil de l’ignorance obscurantiste.

Pourtant, l’idée n’est pas complètement stupide.

En revendiquant le « droit à ne pas s’informer », les néo-panthéistes (ou « Témoins de Gaïa ») résistent à leur manière contre le secteur des médias contrôlé par une poignée de compagnies surpuissantes, politiciens véreux et fanatiques religieux (voire les trois à la fois, comme en témoigne M²News) ; une partie de ceux qui échappent à cette règle sont des blogs douteux et les associations plus ou moins paranoïaques. Tous mentent, sélectionnent des informations ou interprètent au moment de tenir la population au courant. Dans tous les cas, on finit avec des infos incomplètes, lesquelles sont très vite relayées par leurs fidèles téléspectateurs, et on débouche sur un invraisemblable réseau de téléphones arabes.

Les « Témoins de Gaïa » attachent beaucoup d’importance au retour à la terre et au contact avec la nature. Pour faire pousser des pommes de terre, rappellent-ils, nul n’est besoin de savoir le dernier massacre commis en Afrique centrale ou l’énième procès pour corruption aux États-Unis.

Et, comme il y aura toujours quelqu’un pour relayer les informations considérées comme les plus importantes, ils ne se retrouveront jamais complètement à la masse.

 

Contradiction ?

Certains croient y voir une contradiction. En effet, les néo-panthéistes étant persuadés que l’âme de Gaïa (la Terre) englobe chacun d’entre nous, chacun de nos atomes, pourquoi ce manque d’intérêt manifeste pour ce qui se passe dans le reste du monde ?

Pour deux raisons :

1) Danser occasionnellement nus autour d’un feu de joie n’empêche pas d’être pragmatiques le reste du temps.

2) Les Témoins de Gaïa sont persuadés de pouvoir entrer en contact avec l’Âme-Monde par une séance de télépathie collective, et de se brancher directement à la source pour être tenus au courant des dernières nouveautés.

Pour l’heure, ils n’y sont toujours pas parvenus.

 

 

Source de l’image: https://improvyourself.fr/bienveillance-cle-de-voute-relationnelle/pyramide-des-besoins-de-maslow/ (lien consulté le 23 août 2019).